Fournir des soins de santé aux nomades

La tuberculose tue un demi-million une année en Afrique, et l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que la situation était une urgence obtenir la description. Lutter contre la maladie dans les communautés sédentaires est déjà assez difficile en raison de la longue période de traitement nécessaire. Pour les nomades, la prestation du traitement pose des problèmes encore plus grands. Une association caritative qui a essayé de délivrer un traitement est Merlin. Cet organisme de bienfaisance médical a été fondé en 1993 et ​​se spécialise dans l’aide médicale et les soins de santé. Selon Malweyi Inwani, le coordinateur médical d’urgence de Merlin au Kenya, le suivi des patients ayant un mode de vie nomade, comme le peuple Turkana, a toujours défié les médecins kenyans. Le DOTS (traitement de courte durée sous observation directe), la méthode préférée pour administrer le traitement, est difficile à maintenir. Les patients commencent le traitement seulement pour l’abandonner quand la communauté se déplace dans une autre région. Les Turkana sont des pasteurs nomades du nord-ouest du Kenya, qui élèvent du bétail pour le lait, la viande et le sang pour se nourrir. Ils ont besoin de pâturages et d’eau pour leur bétail et se déplacent vers les sources les plus abondantes, selon la saison. Le nombre de personnes assistant à l’une des unités mobiles de la Fondation pour la médecine et la recherche en Afrique diminue chaque année au mois d’août lorsque les gens se retirent dans les collines pour les pâturages et l’eau, selon une enquête de la fondation en 1992.Figure 1Les travailleurs sociaux de Metlin pèsent un enfant pour vérifier la malnutrition à Longech, TurkanaCrédit: ANDREW AITCHISON