Le vaccin conjugué contre le pneumocoque influence-t-il le transport de Staphylococcus aureus chez les enfants

Au rédacteur-Plusieurs études ont démontré une association négative entre le transport de Streptococcus pneumoniae spécifiquement, le transport des types de vaccin [VTs] et Staphylococcus aureus chez les enfants [1-6] Cela a soulevé une préoccupation que, semblable à la survenue de sérotype remplacement avec non-VT S pneumoniae [7-11], l’utilisation généralisée du vaccin conjugué antipneumococcique 7-valent PCV7 et la réduction à la fois du VT S pneumoniae et du portage total de S pneumoniae seront suivies d’une augmentation du portage de S aureus [12, 13] Cohen et al [14] ont essayé de résoudre ce problème dans leur étude récemment publiée, dans laquelle ils concluent que PCV7 ne semble pas influencer le portage de S aureus chez les jeunes enfants atteints d’otite moyenne. Cependant, leur étude souffre de plusieurs défauts. que leurs conclusions peuvent être injustifiéesNotre principale préoccupation est méthodologique Bien que les auteurs aient effectué une analyse multivariée, les variables critiques n’ont pas été incluses dans l’analyse, rendant ainsi Le choix des variables à inclure dans une analyse multivariée est fortement dépendant de la question posée Si le but de l’étude était d’évaluer si la réception du PCV7 modifiait le risque de colonisation staphylococcique, une analyse multivariée pour répondre à cette question doit inclure ce prédicteur Si, d’autre part, le but était de réévaluer si le portage de S pneumoniae est associé au portage de S aureus, comme plusieurs études indépendantes l’ont montré, le prédicteur “S pneumoniae carriage” aurait dû être inclus dans l’analyse multivariée. les analyses ont été effectuées, les 2 conclusions des auteurs, que PCV7 n’affecte pas la colonisation de S aureus et que le transport de S pneumoniae n’est pas associé au transport de S aureus, ne sont pas prouvés Enfin, l’âge est connu comme l’une des variables les plus importantes associées à la colonisation par S pneumoniae et S aureus [2, 15, 16], et les enfants qui ont été colonisés par S aureus dans l’étude par C ohen et al [14] étaient plus jeunes que les enfants non colonisés P = 06 Par conséquent, nous croyons que l’âge variable aurait dû être inclus dans l’analyse multivariée. L’analyse multivariée présentée ici est donc imparfaite de deux façons importantes: elle ne teste pas le primaire Hypothèse, et elle n’inclut pas les facteurs de confusion probables Naturellement, nous ne pouvons pas être sûrs quels résultats seraient obtenus dans une analyse appropriée, mais la présente analyse n’est pas informative à cause de ces défauts Une autre préoccupation est la méthode de transfert d’écouvillon au laboratoire dans les 48 h après la collecte des échantillons. Il s’agit d’un long délai, mais le plus inquiétant est le fait que la longueur du retard n’était pas constante. Certains échantillons ont pu être transférés quelques heures après la collecte des échantillons. d’autres auraient pu être transférés après un délai de 48 h, entraînant un faible taux de récupération. Cela pourrait être une cause de biais de mauvaise classification. On se demande pourquoi les auteurs ont choisi d’effectuer une analyse détaillée des données de colonisation présentées dans le tableau 2 [14] chez les enfants de moins d’un an, malgré le fait que 41% de leur population étudiée était âgée de <1 an. ne donne aucune raison explicite à cette analyse partielleEnfin, l'article contient de nombreuses erreurs ou incohérences évidentes qui le rendent difficile à suivre et parfois impossible à interpréter. Dans le tableau 2 [14], le nombre total d'enfants dans les sous-groupes dépasse le nombre de 94% des enfants portaient à la fois S aureus et VT S pneumoniae, alors que seulement 78% des enfants portaient S aureus En outre, les moyennes pondérées sont mal calculées pour certaines des rangées VT S pneumoniae et S aureus plus S pneumoniae Dans l'ensemble, il est difficile de déterminer le nombre d'enfants vaccinés par le PCV7 dans l'étude. À un moment donné, les auteurs écrivent que 17% ont été vaccinés; plus tard, ils se réfèrent à des chiffres beaucoup plus élevés, alors que dans le tableau 1, 825% des enfants 1470 sur 1781 enfants ont été vaccinés [14] Il est clair que le PCV7 a considérablement réduit les infections pneumococciques invasives chez les enfants vaccinés et non vaccinés. Cependant, les inquiétudes croissantes quant à l'émergence de la maladie non-VT [7, 8, 10, 11] dans les populations vaccinées et les effets possibles de ce vaccin sur l'épidémiologie d'autres agents pathogènes des voies respiratoires supérieures. , y compris S aureus, justifient une enquête minutieuse dans des études bien conçues et adéquatement rapportées

Remerciements

Conflits d’intérêts potentiels Tous les auteurs: pas de conflits