Lutter contre l’obésité

Rédacteur &#x02014 L’appel éditorial de Jain pour une recherche accrue sur les interventions efficaces contre l’obésité contenait certaines inexactitudes sur le rôle de l’Organisation mondiale de la santé. cette importante question de santé mondiale1. La stratégie mondiale de l’OMS sur le régime alimentaire, l’activité physique et la santé n’a jamais été impliquée “ la commercialisation de la malbouffe, appelé à une interdiction immédiate de la publicité des aliments malsains pour les enfants, ou a été bloqué. Un premier projet a été présenté au Conseil exécutif en janvier 2004 et révisé en avril après avoir pris en compte les commentaires des Etats membres. Bien que la stratégie n’ait jamais appelé à interdictions, les deux premiers projets ont tous deux noté que la publicité alimentaire ne devrait pas exploiter l’inexpérience ou la crédulité des enfants. et a souligné l’importance générale de l’environnement de l’information. La stratégie appelle spécifiquement les pays à décourager les messages qui favorisent des pratiques alimentaires malsaines et recommande que les gouvernements développent des approches multi-acteurs pour la commercialisation des aliments aux enfants, et à des questions telles que le parrainage, la promotion et la publicité. La stratégie recommande également que le secteur privé pratique un marketing responsable, ce qui soutient les objectifs de la stratégie dépression respiratoire. Les deux projets recommandent également de limiter la consommation de sucres libres, de remplacer la consommation de graisses saturées par des graisses insaturées et d’éliminer les acides gras trans. , tout en appelant à une consommation accrue de fruits, de légumes, de légumineuses, de céréales complètes et de fruits à coque. Ces recommandations tiennent compte de la contribution des États membres à la stratégie, élaborée au cours de deux années de consultations. L’OMS considère la stratégie comme un instrument clé pour faire face au fardeau mondial de la mortalité, de la morbidité et de l’invalidité causées par les maladies chroniques non transmissibles. Il élabore actuellement un plan de mise en œuvre de la stratégie au niveau régional et national, en tenant compte des différents besoins et circonstances des États membres.